Article-On se sent comme à la maison grâce à la cuisine collective d’Orly

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Orly_France_2 février 2016Nos amiEs de la France mijotent la recette des cuisines collectives à la québécoise. Bravo !

Cliquez ici pour lire l’article

Les rires fusent tandis que les mains s’affairent, pétrissent, étalent, enfournent. A Orly, la municipalité s’essaye à une nouvelle recette pour renforcer le tissu social. Et la mayonnaise semble prendre. Les ateliers de « cuisine collective » avaient débuté l’été dernier, de façon expérimentale avec un nombre réduit d’habitants, et depuis plusieurs semaines, ils se sont durablement installés dans les habitudes.

« Je viens pour ne pas être seule chez moi, lâche Genneviève, veuve et depuis 56 ans à Orly. Et puis on apprend des recettes, ça permet un échange ». Ce vendredi soir au centre social Andrée Chedid, elles sont 6 femmes à participer à l’atelier, dédié ce soir là à la confection de galettes des rois. Un participant fait les courses, les autres le remboursent par la suite.

« J’avais une appréhension parce que j’étais un des rares hommes mais ça s’est bien passé, s’amuse Mohamed, père de famille de 53 ans, venu passer une tête pour dire bonsoir. « Ça m’a décomplexé dans mon rapport à la cuisine », poursuit ce cuistot néophyte, ravi que des activités associatives puissent avoir lieu le soir, et non en journée « quand les salariés travaillent ».

Toute sourire, Naïma, 56 ans, referme les bords de sa galette – une 100 % frangipane. « On vient pas tous des mêmes endroits, mais on peut être ensemble, avoir des échanges, connaitre de nouvelles personnes », loue-t-elle. « Moi je fais ça pour sortir, sinon je reste à bouquiner chez moi, alors ici je trouve ça bien », embraye Souad, mère de famille et employée à l’école.

Concept importé du Québec, les cuisines collectives ont été créées pour renforcer la solidarité dans les quartiers. « On veut sortir des personnes de leur isolement, créer un espace d’échanges, d’ouverture pour les habitants », explique Elodie Cormier, qui a chapeauté le projet pour la mairie.

Il existe actuellement trois sessions par semaine à Chedid, les mercredis après-midi, vendredi soir et samedi. Lancé dans le quartier centre, le projet devrait s’étendre, la ville veut lancer une autre cuisine collective du côté du Forum Neruda. Au Québec, il y en a déjà près de 1 400.

Article written by