Vingt-troisième Journée nationale des cuisines collectives : célébrations reportées

« Les circonstances actuelles sont exceptionnelles et nous devons rappeler que les cuisines collectives sont essentielles, et ce, toute l’année. »

 Aujourd’hui a lieu la vingt-troisième Journée nationale des cuisines collectives. Malgré l’annulation des activités, n’oublions pas de souligner l’immense apport sociale des cuisines collectives dans notre société.

À travers la province, les quelque 1400 groupes de cuisine collective et leurs 10 000 participantes et participants devaient célébrer cette journée en soulignant la force d’agir ensemble au sein du mouvement des cuisines collectives. Activités et portes-ouvertes ont malheureusement dû être annulées ou reportées en raison des mesures de santé publique à suivre à la lettre.

Le Regroupement des cuisines collectives du Québec veut souligner la force du milieu communautaire en cette période de crise où l’insécurité alimentaire vécue par un grand nombre de personnes se fait d’autant plus ressentir. « En ce moment, la prévention et la considération de la santé de tous sont primordiales, c’est pourquoi on doit éviter toute proximité non nécessaire. Par ailleurs, pour les personnes vivant une situation de vulnérabilité et pour qui la cuisine collective est une nécessité pour s’alimenter, les organismes ont mis en place des mesures pour s’adapter à la situation et ne laisser tomber personne. Par exemple, certains organismes poursuivent la distribution de nourriture, mais ont cessé les activités de cuisines collectives. D’autres cuisinent des plats qu’ils distribuent eux-mêmes aux personnes les plus vulnérables. L’objectif est de ne laisser personne vivre l’insécurité alimentaire dans cette période trouble. » rappelle Jocelyne Gamache, coordonnatrice générale du RCCQ.

Les circonstances actuelles sont exceptionnelles et nous devons rappeler que les cuisines collectives sont essentielles, et ce, toute l’année.  Ensemble, les cuisines collectives agissent pour briser la solitude, développer l’autonomie alimentaire, promouvoir une saine alimentation, développer le pouvoir d’agir individuel et collectif des personnes et des familles, lutter pour le droit à l’alimentation, etc. « Il est important de rappeler que les cuisines collectives entraînent d’importantes retombées sociales qui vont au-delà de l’alimentation. C’est un mouvement porteur de transformations sociales, fruit d’une collectivité mobilisée. » déclare Sylvie Sarrasin, présidente du conseil d’administration du Regroupement des cuisines collectives du Québec.

Depuis 1997, la Journée nationale des cuisines collectives est célébrée afin de souligner l’importance des cuisines collectives comme solution alimentaire et comme alternative à l’individualisme et à la solitude. C’est aussi une occasion de rappeler annuellement à l’opinion publique, à la presse et au gouvernement la nécessité de garantir, pour toutes et pour tous, le droit à une saine alimentation.

Article written by