Les forces vives du RCCQ expliquent aux députés notre droit à une saine alimentation

Québec, 22 mars 2018 – Ce jeudi matin, le Regroupement des cuisines collectives du Québec (RCCQ) et la conférencière Lucie Lamarche ont déjeuné à l’Assemblée nationale afin de présenter aux députés la déclaration pour le droit à une saine alimentation.

Depuis une semaine, la pétition pour le droit à une saine alimentation est disponible sur le site de l’Assemblée nationale, afin que le public puisse la signer en ligne.

Comme toute cette campagne est issue de la volonté des militantes du RCCQ, et comme la déclaration a été approuvée  à l’unanimité par les membres du regroupement lors de la dernière assemblée générale annuelle, on a cru bon de présenter aux députés une courte vidéo, dans laquelle les forces vives se chargent elles-mêmes d’expliquer en quoi consiste le droit à une saine alimentation.

« Cette vidéo a été tournée en février dernier à l’Université Laval, lors de nos journées réflexives », explique le coordinateur du RCCQ, Frédéric Paré, qui participait au déjeuner parlementaire avec la présidente du RCCQ, Sylvie Sarrasin. « À Québec, nous avons demandé aux membres qui le souhaitaient de choisir un élément de la déclaration qu’elles avaient le gout d’assumer. Ensuite, chaque membre a eu la possibilité de proclamer, devant la caméra, une partie de la déclaration. C’est le montage en moins de cinq minutes de toutes ces proclamations que nous avons présenté aux députés, de façon à ce que la dimension collectiviste de cette déclaration et de cette pétition soit flagrante pour tous. De cette façon, la déclaration a ainsi été proclamée dans l’édifice de l’Assemblée nationale par des porte-parole de la plupart des régions du Québec », dit Frédéric Paré.

Au court du même déjeuner parlementaire, la professeure de l’UQAM Lucie Lamarche a expliqué aux représentants du peuple (les députés) en quoi consiste, au Québec et ailleurs, ce fameux droit à l’alimentation. Un droit international auquel nous avons souscrit, mais qui n’a toujours pas trouvé d’écho dans nos lois nationales, contrairement à de nombreux pays qui lui ont donné vie dans leurs constitutions, dans des chartes de droits ou dans des lois et programmes publics.

-30-

Info : Jack Duhaime, communication@rccq.org

 

Article written by