Article-On se sent comme à la maison grâce à la cuisine collective d’Orly

Orly_France_2 février 2016Nos amiEs de la France mijotent la recette des cuisines collectives à la québécoise. Bravo !

Cliquez ici pour lire l’article

Les rires fusent tandis que les mains s’affairent, pétrissent, étalent, enfournent. A Orly, la municipalité s’essaye à une nouvelle recette pour renforcer le tissu social. Et la mayonnaise semble prendre. Les ateliers de « cuisine collective » avaient débuté l’été dernier, de façon expérimentale avec un nombre réduit d’habitants, et depuis plusieurs semaines, ils se sont durablement installés dans les habitudes.

« Je viens pour ne pas être seule chez moi, lâche Genneviève, veuve et depuis 56 ans à Orly. Et puis on apprend des recettes, ça permet un échange ». Ce vendredi soir au centre social Andrée Chedid, elles sont 6 femmes à participer à l’atelier, dédié ce soir là à la confection de galettes des rois. Un participant fait les courses, les autres le remboursent par la suite.

« J’avais une appréhension parce que j’étais un des rares hommes mais ça s’est bien passé, s’amuse Mohamed, père de famille de 53 ans, venu passer une tête pour dire bonsoir. « Ça m’a décomplexé dans mon rapport à la cuisine », poursuit ce cuistot néophyte, ravi que des activités associatives puissent avoir lieu le soir, et non en journée « quand les salariés travaillent ».

Toute sourire, Naïma, 56 ans, referme les bords de sa galette – une 100 % frangipane. « On vient pas tous des mêmes endroits, mais on peut être ensemble, avoir des échanges, connaitre de nouvelles personnes », loue-t-elle. « Moi je fais ça pour sortir, sinon je reste à bouquiner chez moi, alors ici je trouve ça bien », embraye Souad, mère de famille et employée à l’école.

Concept importé du Québec, les cuisines collectives ont été créées pour renforcer la solidarité dans les quartiers. « On veut sortir des personnes de leur isolement, créer un espace d’échanges, d’ouverture pour les habitants », explique Elodie Cormier, qui a chapeauté le projet pour la mairie.

Il existe actuellement trois sessions par semaine à Chedid, les mercredis après-midi, vendredi soir et samedi. Lancé dans le quartier centre, le projet devrait s’étendre, la ville veut lancer une autre cuisine collective du côté du Forum Neruda. Au Québec, il y en a déjà près de 1 400.

Article written by