Article-Développer de saines habitudes de vie en équipe

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

AUQC16_RacineLavoie_header-1040x546Cuisine collective / Saint-Eustache

Le Centre d’entraide Racine-Lavoie est un organisme communautaire autonome au service de la collectivité depuis 1972. Ses services répondent aux besoins des résidents du grand territoire de la MRC de Deux-Montagnes. Depuis une quinzaine d’années, L’OEUVRE LÉGER appuie plusieurs activités de l’organisme conçues autour de la sécurité alimentaire et de la prévention de la pauvreté. Le Centre d’entraide Racine-Lavoie est d’ailleurs devenu, dans sa communauté, le chef de file en matière de formation de cuisine collective.

Cette année encore, l’organisme a mis sur pied dix groupes de cuisine collective dans la région. Toute personne âgée de 18 à 85 ans qui a envie de faire à manger peut y participer pour rencontrer des gens et adopter une alimentation saine. Les participants doivent débourser deux dollars pour chacun des repas avec lesquels ils repartent. Au cours des rencontres bimensuelles, ils préparent quatre ou cinq recettes. Chaque groupe est autonome, responsable de ses achats et de son menu. Il est possible, pour compléter ses menus, de participer à l’activité Bonne boîte, bonne bouffe!, un regroupement d’achat de fruits et de légumes de bonne qualité à prix modique.

AUQC16_RacineLavoie_header-1040x546L’organisme propose également l’activité la Boîte à lunch, soit des ateliers de cuisine collective spécialisés dans la préparation de dîners pour l’école. Le bilan est positif : 9 groupes actifs durant 42 semaines ont préparé 24 000 lunchs, qui ont nourri une centaine d’enfants.

Le Centre d’entraide Racine-Lavoie offre d’abord un service de comptoir alimentaire. Comme l’explique Dominique Bastenier, directrice générale de l’organisme :

« Les personnes qui viennent au comptoir alimentaire sont en situation de crise la plupart du temps. Nous y voyons toutes sortes de personnes, de familles et de mères monoparentales. Même avec un emploi au-dessus du salaire minimum, lorsqu’on a des enfants, on peut se retrouver en situation précaire. C’est souvent là qu’on peut leur proposer d’autres services en sécurité alimentaire pour agir à plus long terme. Nous voulons leur transmettre de bonnes habitudes de vie, une saine alimentation, mais aussi améliorer leur estime de soi et leur intégration sociale. Nous essayons de travailler sur tous les plans. »

Selon elle, sans l’importante contribution de L’ŒUVRE LÉGER, il serait tout simplement impossible d’offrir les ressources adéquates en sécurité alimentaire à la population de la MRC de Deux-Montagnes.

Cliquez ici pour lire l’article

Article written by